Pomodoro, la méthode pour se remettre au travail

    Pomodoro, la méthode pour se remettre au travail
    Dans nos vies de freelances, nous apprenons peu à peu que la gestion du temps est l’élément clé de la réussite. Tout comme dans les horaires du salariat, nous devons absolument manager notre productivité. Car on a beau avoir un Trello bien fourni, un planning détaillé et une connexion wifi qui fonctionne, il reste… à se mettre au travail.


    Je suis en micro-entreprise depuis trois ans, et j’ai rejoint Creamyfox.com, notre collectif de freelances, l’année dernière. Pendant mes sept ans d’études, j’ai eu l’occasion de voir toutes les manières de s’organiser au monde. De toutes, ce fut Pomodoro qui fut la plus efficace et la plus versatile à la fois.


    Pomodoro Kesako ?


    Pour les amateurs de spaghettis parmi vous, et autres touristes napolitains du dimanche, vous saurez que pomodoro signifie Tomate en Italien. Mais c’est aussi le nom de ce petit minuteur à œufs durs de cuisine, en forme de tomate (fatalement). Un minuteur ? Vous allez me dire : j’ai déjà une dizaine de montres-chronomètres, deux horloges parlantes et trois réveils matins, je sais minuter mon temps de travail. Oui, certes, mais la méthode pomodoro va plus loin. C’est une technique plus complexe et plus complète. C’est un conditionnement du mental, adapté à nos cerveaux distraits, et pour que votre cerveau ait des shots de concentration sur des tâches bien précises.


    Deux heures pour réviser un contrôle


    Illustration. Pas plus tard qu’hier soir, mon petit frère, 19 ans tout frais, en deuxième année d’école de commerce, m’appelle en panique à 20H30. “J’ai deux contrôles demain” me dit-il. “Je n’arrive pas à me mettre au travail”. Je le rassure : À cette époque de sa scolarité, j’étais en prépa, avec quatre colles par semaine, un devoir de six heures tous les samedis, et un devoir de maths un mercredi sur deux. En plus des cours à apprendre et reprendre. Notre vie était totalement consacrée au travail. Mon petit frère, lui, travaille à peine 10 heures par semaine, en période faste.


    Se mettre au travail


    Il ajoute : “Pourtant, j’ai un Excel avec la liste de choses à faire, j’ai mis des deadlines comme tu m’as dit, je sais que je dois travailler, mais je n’arrive pas à m’y mettre.” J’ai cerné le problème. Je commence par lui dire “écris NON sur un post-it, et accroche-le sur la télévision”. Sa génération est multi-récompensée par le marketing digital, il lui suffit d’aller sur snap ou insta pour être rassuré, réjoui, diverti. “Stop Indulging” lui dis-je avec un superbe accent. “Coupe les notifications, mets le portable sous ton oreiller, range ton bureau et vas dans un espace calme et propice au travail”.


    La méthode Pomodoro appliquée à mon frère


    Toujours au téléphone, je continue. “Ensuite, prends une feuille blanche, et écris les tâches les plus urgentes, les actions à faire en priorité pendant la période de temps dont tu disposes pour travailler”. Je lui demande ensuite de décomposer ces tâches en actions simples, puis d’estimer le temps qu’il va passer à les réaliser. Il me répond : “Définitions de Droit, 30 minutes, Exercice de Fiscalité, 30 minutes”.

    - Parfait, maintenant vas à la cuisine, fais-toi un thé, prends un snack sain comme des amandes, et retourne à ton bureau pour commencer la première tâche à 21h.

    "De 21h à 21h30, je ne veux pas te voir connecté, et une fois 21h30 sonné, tu dois avoir fini tes définitions de Droit. Je t’appellerai à ce moment, et tu pourras faire une pause de 5 minutes, fumer une clope ou te faire un thé. "

    "Tu te concentres sur cette tâche, exécutable en 30 minutes, et tu ne t’arrêtes pas tant que les 30 minutes n’ont pas fini. Puis 5 minutes de pause et tu passes à la tâche suivante."


    Le secret de la technique Pomodoro


    À part de voir que je suis une bonne grande sœur pour mon jeune frère, vous observez ici l’application de la Technique Pomodoro dans toute sa splendeur. Simple, efficace. Discerner les tâches, les décortiquer en actions simples, leur attribuer un timing, puis faire des séries de travail de 25-30 minutes chacune, entrecoupées de pauses de 5-10 minutes. (La méthode originale dit 25 minutes et 5 minutes, mais vous pouvez y mettre quelques libéralités).

    À force de l’utiliser, j’ai remarqué que c’était dans l’attribution des bonnes tâches aux bons timings qu'en résidait tout le secret. Plutôt que de me dire “je vais écrire cet article en deux heures”, je vais plutôt me dire “j’ai trente minutes pour écrire un plan, trente pour rajouter les arguments des parties, trente pour lisser le style et trente pour corriger et relire”. C’est aussi une technique idéale pour nos jeunes amis millenials qui tardent à se remettre au travail.


    Les développeurs web, ces méthodiques du travail


    La Méthode Pomodoro a été développée dans les années 1980 par un Italien du même nom que mon petit frère, Francesco Cirillo. Au cours de mes expériences avec des développeurs web, j’ai appris que c’était eux qui avaient les meilleures techniques d’organisation : Scrum, Agile.. et Pomodoro. D’abord appliquées pour la programmation, elles ont été reprises par l'ensemble des métiers du digital pour mieux organiser les projets de groupe. Mais la technique reste la même, et "permet l’agilité intellectuelle et la consolidation de la mémoire"* selon ses créateurs.


    To put it in a nut shell


    En résumé, vous avez cinq étapes, que vous pouvez évidemment adapter à votre sauce si vous voyez que ça marche mieux pour vous :

    (1) Décidez de la tâche que vous devrez effectuer (soyez réalistes et humbles dans les estimations de durée des tâches)

    (2) Régler un minuteur sur 25 minutes

    (3) Effectuez la tâche pendant les 25 minutes

    (4) À la sonnerie du minuteur, prenez une pause de 5 minutes

    (5) Toutes les deux heures (quatre minuteurs), prenez une pause plus longue de 15 à 20 minutes.



    Sources :

    * Site officiel de la technique Pomodoro, disponible en ligne sur http://www.pomodoro-technique.fr/

    Thérèse de Gourcuff

    Thérèse de Gourcuff

    Thérèse écrit pour le web. Ses sujets de prédilection : transition digitale, bien-être au travail, cuisine de l'extrême. Elle n'a ni chat, ni chien, mais elle porte un beau pantalon gris à carreaux.